États généraux : LES DROITS DES FEMMES DANS TOUS LEURS ETATS ! - Programme

mardi 29 novembre 2011
par  Ruptures
popularité : 41%

Appel à des Etats généraux les 3 et 4 décembre 2011 à la Bourse du travail de Bobigny

(1 place de la Libération 93000 Bobigny - M 5 - T 1 : Bobigny - Pablo Picasso)

PROGRAMME :

Samedi 3 décembre

14h00 : Accueil des participant-e-s

14h30 : Ouverture des États généraux

15h00-18h30

1 — Violences sexuelles et quasi impunité : un phénomène inéluctable ?

L’actualité médiatique de ces derniers mois a de nouveau montré que les mythes autour des violences faites aux femmes sont largement répandus dans notre société. Faire connaître les violences faites aux femmes dans toute leur complexité, leur typologie et leur signification dans un système sociétal de domination masculine, est encore une tâche à accomplir. Face à cela, force est de constater l’inefficacité et l’absence de volonté du système judiciaire à appréhender les violences dont nous sommes victimes comme elles devraient l’être : des délits et des crimes contre notre intégrité !

2 — À l’heure du tout marchandise, où en est le droit des femmes à disposer de leur corps ?

Dans le système économique ultra libéral actuel cette affirmation ne tient-elle pas de la formule incantatoire ? Il faut encore et toujours se mobiliser pour défendre le droit à l’avortement et à la contraception. Quels centres IVG voulons-nous pour demain ? Les débats autour des questions de bioéthique, et notamment sur les mères porteuses, mettent en évidence les attaques contre le droit des femmes à disposer de leur corps. Le risque de marchandisation des corps, sous prétexte deconsentement et de liberté, est sérieux.

3 — Égalité dans l’emploi : un combat de Sisyphe ? travail, précarité, pauvreté

Malgré des luttes de longue date et les lois successives, le travail salarié des femmes n’est toujours pas pleinement reconnu, leurs qualifications restant considérées le plus souvent comme des qualités naturelles. L’inégalité des salaires et des retraites perdure, accentuée par les temps partiels imposés et les contrats atypiques et précaires. C’est encore à elles et à elles seules que revient de concilier vie familiale et professionnelle, avec la prise en charge des enfants et des personnes dépendantes ou en perte d’autonomie, et le travail dit domestique. Il s’agit bien d’une double journée. La casse des services d’accueil de la petite enfance (crèches, maternelles) et les projets de loi en perspective, sur la perte d’autonomie et la dépendance, annonçant la remise en cause de la Sécurité sociale, freinent encore leur accès à un emploi de qualité et à des salaires décents.

Dimanche 4 décembre

9h00

4 — Les droits des femmes : un enjeu planétaire ?

Si nous nous réjouissons de voir tomber des dictatures par la seule volonté du peuple, nous devons rester vigilantes : les Révolutions arabes en cours doivent s’accompagner de réelles avancées pour les droits des femmes ! Dans le monde des femmes s’organisent pour combattre les dominations et discriminations et exiger leurs droits, le respect de leur dignité, de leur liberté et leur place dans la vie publique.

Avec la participation de Nicole Savy, responsable du groupe de travail LDH « Egalité femmes-hommes ; les droits des femmes ».

5 — Féminisme, démocratie, libertés à l’épreuve des extrêmes droites et de l’ordre moral

Conséquence de l’instrumentalisation délibérée par les politiques à l’œuvre de discours ouvertement racistes et xénophobes, l’extrême droite progresse sans obstacles. Il faut comprendre et analyser la situation pour mieux faire barrage à ce qui représente un danger pour les droits des femmes et la démocratie.

6 — Familles : je vous hais, familles : je vous aime

Longtemps le modèle de la famille, contractualisée par le mariage, a été construit sur la domination masculine. Aujourd’hui, avec ses nouvelles formes, la famille est-elle toujours un lieu de subordination des femmes ? Par ailleurs, longtemps défavorable aux femmes, le mariage a évolué. Toutefois, revendiqué par le mouvement homosexuel au nom de l’égalité des droits, n’est-il pas un retour en arrière, une sorte de désir d’intégration ? Ne renforcerait-il pas le patriarcat et n’oblitèrerait-il pas la revendication des droits individuels, garants de l’autonomie de toutes et tous ?

12h30 : Déjeuner sur place

14h30 : Assemblée plénière
Adoption du cahier de doléances et propositions d’actions

17h30 : Clôture