25 novembre, journée internationale pour l’élimination des violences à l’encontre des femmes.

Aux origines du 25 novembre, Journée internationale contre les violences à l’encontre des femmes

« Hommage aux sœurs Mirabal »

« S’ils me tuent…

Je sortirai mes bras de la tombe et je serai plus forte. »

Minerva Mirabal

L’Assemblée générale des Nations-Unies, propose en 1999, que la journée du 25 novembre, soit celle d’une journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Elle invite alors les différents gouvernements et organisations non-gouvernementales à mettre en place, à cette date, des activités destinées à sensibiliser l’opinion.

Cette date est loin d’être le fruit du hasard. A l’origine du 25 novembre, se trouve l’assassinat des trois soeurs Mirabal : Patria, Minerva et María Tereza, en République Dominicaine. Militantes politiques, opposées au régime en place, la dictature de Rafael Trujillo, les 3 soeurs sont de ce fait persécutées par le régime. Deux d’entre elles sont incarcérées, torturées et violées à plusieurs reprises. Leur entourage familial, maris, père vont également être emprisonnés.

Le 25 novembre 1960, alors qu’elles rendaient visite à leurs maris emprisonnés à Puerto Plata, les trois femmes sont assassinées à la machette sur ordre du dictateur et chef d’état Trujillo qui tente de maquiller cet assassinat en accident. Criblés de balles, leurs corps sont placés dans leur voiture et jetés du haut d’un précipice.

Au vue de leurs activités politiques, les sœurs Mirabal devinrent rapidement les symboles de la lutte, de la résistance à la dictature de Trujillo. Ce triple meurtre choqua la population et fut l’un des facteurs qui permirent de renverser ce régime, moins d’un an plus tard, le 30 mai 1961.

En 1981, les mouvements féministes, réunis à Bogota (Colombie) ont proposé aux Nations- Unies que la date du 25 novembre soit choisie comme "journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes" en hommage et à la mémoire des trois sœurs Mirabal.

(Extrait de la Brochure de la Mairie de Paris présentant des initiatives organisées autour au 25 novembre 2014).


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 25 novembre 2011
par  Ruptures

Lutter contre les violences faites aux femmes : un défi politique

A l’occasion de la Journée internationale pour l’éradication de la violence à l’égard des femmes, Danielle Bousquet, députée (PS) des Côtes d’Armor, et Fatima Lalem, adjointe au maire de Paris, réclament « une prise de conscience collective » qui « implique de remettre en question stéréotypes et rapports de (...)

vendredi 25 novembre 2011
par  Ruptures

Viol : la honte doit ENCORE changer de camp !

Un an après le lancement du manifeste "Viol, la honte doit changer de camp", 37 000 personnes ont signé l’appel...et un an plus tard, rien n’a encore changé ! Nous attendons toujours que les pouvoirs publics prennent des mesures pour faire reculer rapidement les violences faites aux femmes. Le 25 (...)

vendredi 25 novembre 2011
par  Ruptures

Cummuniqué de presse de la MMF - Journée contre les violences faites aux femmes

Coordination Française Marche Mondiale des Femmes
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Tant qu’une femme sera victime de violences, nous marcherons !
En ce 25 novembre, nous nous levons, une fois de plus, pour dénoncer les violences envers les femmes qui persistent encore en 2011. Dans notre lutte contre toutes (...)

vendredi 25 novembre 2011
par  Ruptures

Communiqué du CLASCHES - Journée de lutte contre les violences faites aux femmes

Communiqué du CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur)
25 novembre 2011
Journée de lutte contre les violences faites aux femmes
Les violences sexuelles et sexistes ne s’arrêtent pas à la porte de l’université
Au moins trois lieux communs (...)

mardi 22 novembre 2011
par  Ruptures

Il y a 35 ans, le manifeste féministe contre le viol

Il y a 35 ans, le manifeste contre le viol
Parfois, en ce moment, on a l’impression d’être revenues 40 ans en arrière. Et quand on relit (voir ci-dessous), le texte et en particulier le dernier paragraphe du manifeste contre le viol lancé par le mouvement de libération des femmes en 1976, dont le (...)