Communiqués d’actualité


Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 6 janvier 2019
par  Ruptures

Triple féminicide : SAKINE-ROJBIN-LEYLA assassinées en 2013 à Paris « L’impunité doit cesser ! »

Triple féminicide : SAKINE-ROJBIN-LEYLA assassinées en 2013 à Paris « L’impunité doit cesser ! »
Appel à manifester samedi 12 janvier 2019 Paris-Gare du Nord, 10h30
https://kurdistan-au-feminin.fr/wp-content/uploads/2019/01/Sakine-Fidan-Leyla.jpg
Le 9 janvier 2013, trois militantes et féministes (...)

dimanche 23 décembre 2018
par  Ruptures

#nabrogezpas N’ABROGEZ PAS !

Paris, le 20 décembre 2018
« L’homme fait ce qu’il veut, il impose. Il achète votre détresse. Il n’y aurait pas de prostitution, sans demande masculine » Anne Darbes, survivante française
« La prostitution n’est ni du travail, ni du sexe. C’est de la violence sexuelle ».
Rachel Moran, survivante (...)

dimanche 9 décembre 2018
par  Ruptures

Beaucoup de femmes parmi les Gilets Jaunes

Beaucoup de femmes parmi les Gilets Jaunes : Communiqué de presse du Collectif National pour les Droits des Femmes
"Pognon de dingue » pour les aides sociales, « je traverse la rue et je vous en trouve » (du travail), « les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien » : voilà la communication (...)

dimanche 4 novembre 2018
par  Ruptures

Non, la loi prostitution n’a pas tué Vanesa Campos !

Arrêtons la désinformation, la loi prostitution ne met pas les personnes prostituées en danger de mort : Non, la loi prostitution n’a pas tué Vanesa Campos !
· Par Céline Piques et Christine Blec
Arrêtons la désinformation, la loi prostitution ne met pas les personnes prostituées en danger de (...)

lundi 29 octobre 2018
par  Ruptures

Le Réseau Féministe « Ruptures » soutien l’association Zéromacho.

Le Réseau Féministe « Ruptures » soutien l’association Zéromacho.
Mise au point de l’association ZEROMACHO
Suite à l’agression du STRASS lors de l’atelier programmé à l’occasion du 8ème Congrès des enseignements féministes dans les pays de la francophonie à Nanterre fin août 2018.
On ne dit jamais assez (...)