Lucette mon amie par Malika Remaoun (Association AFEPEC, Oran, Algérie)

dimanche 1er juin 2014
par  Ruptures
popularité : 44%

Lucette mon amie par Malika Remaoun (Association AFEPEC, Oran, Algérie)

1 Juin 2014 , Rédigé par Nour

Lucette, mon amie !

Que dois-je te dire ?

Si c’est au PAGS, Parti de l’avant-garde socialiste, que je t’ai connue en 1980, c’est plutôt dans le combat du mouvement des femmes contre l’intégrisme d’abord, et pour l’égalité entre les femmes et les hommes ensuite, que j’ai eu à apprécier tes qualités humaines et militantes : ta gentillesse, ta douceur, ta générosité, ta discrétion, ta modestie, ta rigueur, ton organisation, ton sérieux, tes exigences dans le travail,…mais aussi ton humour, et ta joie de vivre !

Lucette, la militante active contre l’intégrisme !

Tu as été de toutes les réunions et des actions de la coordination nationale des associations de femmes qui étaient à l’avant-garde du combat anti-intégriste et anti-terroriste. Militante active et infatigable du RAFD, Rassemblement Algérien des Femmes Démocrates, dès ton arrivée à Marseille en 1994, tu fondes avec d’autres amies, le RAFD à Marseille et un bulletin pour relayer en France le combat anti-intégriste des femmes mené en Algérie.

En 1997, de retour à Oran, tu es avec nous à l’AFEPEC - Association Féministe pour l’Exercice de la Citoyenneté et l’Epanouissement de la Personne- où tu milites sans relâche jusqu’à ce que ton état de santé ne te le permette plus.

Lucette la militante pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Pendant les réunions du bureau, tu voulais prendre toutes les tâches pratiques sous prétexte que tu étais plus disponible. Il était très difficile de te faire admettre les talents d’écriture !

Je me souviens de 2 moments particuliers :

* Tu es arrivée à un moment où l’AFEPEC faisait le point de deux années de réflexion-critique de son expérience qui a débouché sur le séminaire national « Femmes et Citoyenneté en Algérie », organisé en mai 1998 (décidément mai !).

Ta contribution à ce séminaire fut capitale dans la réflexion. Alors qu’on se répartissait les tâches et que tu étais censée te concentrer sur les interventions et le débat pour en faire le compte-rendu, tu insistais pour prendre d’autres tâches,…Tu t’es presque fâchée !

Le compte rendu que tu en as fait est révélateur du rôle que tu y as joué.

* et cette réunion pour préparer un voyage des enfants de victimes du terrorisme en France, tu insistais pour aller prendre les billets alors qu’une jeune devait le faire. Alors là, tu t’es vraiment fâchée…heureusement que les fous rires nous ont sauvées.

Lucette et les jeunes

Tu as été parmi les premières à croire que l’action en direction des jeunes est une garantie du changement de la société et des rapports entre les femmes et les hommes !

Tu étais HEUREUSE de retrouver ces jeunes intimidées par ta stature et honoré-e-s de t’avoir parmielles/eux à chaque fois que tu venais. Ils t’ont adoptée et voulaient connaître ton itinéraire ;

Ils découvraient ta modestie et ton refus catégorique de parler de toi, refus qu’ils n’ont pas tout de suite compris.

Ces jeunes auxquels tu croyais, ont aidé « tes amies qui t’ont harcelée sans relâche pour que tu commences à écrire ».

Lucette, ces jeunes t’ont beaucoup apportée, t’ont marquée ; tu en parlais à certaines copines. Mais sache, que tu as été pour beaucoup dans leur engagement, tu as été un modèle pour elles/eux, tu les as aidé-e-s à aller de l’avant. Tu fais partie de leur mémoire et de leur identité.

Lucette, mon amie, toi la discrète qui ne voulais jamais qu’on parle de toi, tu es partout : télévision, radios, presse écrite, presse en ligne, réseaux sociaux ….

Depuis 6 jours, ta ville natale, Oran te pleure, cette ville où tu as grandi et où tu es revenue t’installer.

Cette ville que tu aimes et qui t’aime tant !

Oran a perdu une de ses vaillantes filles, une de ses grandes militantes de toutes les causes justes et nobles !

Tes ami-e-s et camarades d’Oran et de la région te rendent un premier hommage ce samedi au siège de l’Afepec !

D’autres hommages te seront rendus dans ta ville natale.

Tes jeunes s’organisent pour que nul ne t’oublie !

Tu es partie… mais tu resteras parmi nous pour toujours !

Repose en paix, Lucette mon amie !

Malika Remaoun

Seyne sur Mer le 30 mai 2014