Pour le respect des femmes et des enfants, abolir la maternité de substitution

mardi 11 septembre 2018
par  Ruptures
popularité : 33%

22 septembre 2018, Palais du Luxembourg :

Pour le respect des femmes et des enfants,
abolir la maternité de substitution

Organisé dans une approche féministe, laïque et humaniste, ce colloque apporte des arguments pour mieux récuser la pratique de la maternité de substitution.
En effet, « Gestation pour autrui », « maternité de substitution », « grossesse pour autrui », quelle que soit la manière dont on désigne cette pratique, il s’agit toujours d’une instrumentalisation des femmes à des fins de reproduction, et de la transformation des enfants en choses que l’on peut demander et obtenir par contrat. Demander à une femme qui n’a pas de désir d’enfant, de porter une grossesse et de mettre au monde un enfant afin de le remettre aux personnes qui le lui ont demandé, c’est se servir d’une femme comme d’un moyen, nier à l’enfant son statut de personne, et disposer du lien de filiation.
Cette pratique ne concerne pas uniquement les personnes qui y ont recours, mais bien l’ensemble de la société, toutes les femmes (leurs droits, leurs conditions de vie, les relations femmes-hommes) et tous les enfants (y compris les enfants des « mères porteuses »), car elle institue une différence fondamentale entre les personnes nées par contrat (le plus souvent, contre de l’argent) et les autres.
C’est parce qu’elle nous concerne toutes et tous, parce qu’elle porte atteinte à notre humanité commune, qu’il est important d’en saisir les enjeux et de la combattre.

Découvrez le pré-programme du colloque !
Inscription jusqu’au 14 septembre (dans la limite des places disponibles) en cliquant ici
une confirmation à présenter à l’entrée vous sera adressée par mail

"POUR LE RESPECT DES FEMMES ET DES ENFANTS,
ABOLIR LA MATERNITÉ DE SUBSTITUTION"

Colloque le samedi 22 septembre 2018 de 14h à 18h15
Palais du Luxembourg- Salle Clemenceau
Marrainé par Laurence COHEN, Sénatrice

Accueil : 14 h
14h30 : Accueil par Laurence COHEN
Arguments/présentation des associations organisatrices : CoRP, CQFD Lesbiennes féministes, CADAC et Assemblée des Femmes
Marie-Josèphe DEVILLERS (CQFD Lesbiennes Féministes) : expansion de la géographie de la maternité de substitution

1ère TABLE RONDE : La maternité de substitution, quelles conséquences sur les enfants ?
- Muriel FABRE-MAGNAN - professeure de droit privé, Univ Paris 1
- Martine SEGALEN - professeure émérite de sociologie de la famille, Univ Paris-Ouest Nanterre
- Myriam SZEJER - pédopsychiatre, psychanalyste, attachée au centre de procréation assistée de l’hôpital Foch Suresnes
- Frédérique KUTTENN - médecin, professeure d’endocrinologie de la reproduction, Univ René Descartes

Modération : Anne-Yvonne LE DAIN, agronome, géologue, scientifique et ancienne députée socialiste

2ème TABLE RONDE : La maternité de substitution, quelles conséquences sur les femmes ?
- Jennifer LAHL - présidente du Center for Bioethics and Culture Network
- Diane GUILBAUT - présidente de Pour les Droits des Femmes du Québec
- Claire QUIDET - porte-parole du Mouvement du Nid
- René FRYDMAN - médecin spécialiste de la reproduction et du développement de l’assistance médicale à la procréation en France

Modération : Hélène BIDARD, adjointe à la Maire de Paris, chargée de l’Egalité femmes-hommes, de la lutte contre les discriminations et des droits humains.

18h : Lancement de la Coalition Internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CAMS)

18h15 : fin du colloque

Inscription à : abolition.gpa@gmail.com