Françoise Héritier, une grande dame du féminisme

samedi 18 novembre 2017
par  Ruptures
popularité : 76%

Communiqué du Réseau Féministe « Ruptures »

Françoise Héritier, une grande dame du féminisme

"Si la fécondité est le lieu central de la domination masculine, il s’ensuit que la prise par les femmes du contrôle de leur propre fécondité revient pour elles à sortir du lien de domination. Là est le levier d’un changement majeur pour l’humanité toute entière."

Le Réseau Féministe « Ruptures » rend hommage à Françoise Héritier qui nous a quittées dans la nuit du 14 au 15 novembre à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris.

La disparition de Françoise Héritier nous rend profondément tristes. Elle a nourri par ses travaux la réflexion des féministes de ces cinquante dernières années. Nous avons un grand respect pour la femme, l’anthropologue, l’ethnologue et la féministe qui a travaillé tout au long de sa vie à étudier le système de domination masculine et à déconstruire les idées reçues sur le féminin et le masculin.

Lorsqu’elle fut la première présidente du Conseil National du Sida en 1990, elle a permis également de nombreuses réflexions, notamment sur l’évolution de la maladie et ses représentations.

Pour l’avoir côtoyée, je peux témoigner de la qualité de son écoute et de sa capacité à faire progresser la pensée individuelle et collective de son entourage. Le bulletin du Réseau féministe « Ruptures » avait le privilège de la compter parmi ses fidèles lectrices depuis plusieurs années.

Nous n’aurons plus le plaisir d’écouter ses interventions toujours pertinentes, claires et déterminées, souvent teintées de malice ; la douceur de sa voix, son regard attentif et bienveillant pour enseigner la hiérarchie entre les sexes, pour dénoncer encore et toujours le système patriarcal, les violences faites aux femmes et les raisons de la lenteur des progrès pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes. En 2001, elle disait que la seule manière de sortir de ce système « consistait à prendre conscience des mécanismes de répulsion, de haine ou de mépris des femmes afin de les réduire à néant grâce à une éducation de l’enfant relayée par tous ».

Ses analyses qui nous encourageaient à mener notre combat féministe sans faillir nous manquent déjà.

Ce combat est toujours d’actualité. Désormais, il nous appartient de continuer à transmettre son œuvre aux jeunes générations de filles et de garçons afin qu’ils poursuivent la lutte pour l’égalité des sexes et travaillent à la construction d’une société égalitaire et mutuellement respectueuse.

Françoise tu restes dans nos cœurs.

Paris, le 15 novembre 2017.

Monique Dental

Réseau Féministe « Ruptures »

Tél : 01 42 23 78 15

URL : http://www.reseau-feministe-ruptures.org